Événement

PAFASP - Programme d'Appui aux Filiéres Agro-Sylvo-Pastorales
Olivier Paré « Le PAFASP a été le moteur de ma réussite » Olivier Paré est un promoteur installé à Dédougou ayant bénéficié de l’accompagnement du programme d’appui aux filières agro sylvo pastorales (PAFASP) pour la réalisation de ses activités d’embouche bovine. Dans cette interview, il revient sur ce que le PAFASP a réalisé pour lui et il est « sûr de pouvoir continuer à évoluer après la fin du projet ». PAFASP Infos : Comment s’est faite votre rencontre avec le PAFASP? Olivier Paré : J’ai connu le PAFASP à travers un reportage diffusé sur les antennes de la télévision nationale du Burkina. J’ai postulé et mon projet d’embouche bovine a été retenu. C’est ainsi que tout a commencé. C’était en 2012. Qu’est-ce que le PAFASP a concrètement réalisé pour vous ? Pendant le financement initial, le PAFASP m’a déjà soutenu, en 2012, à hauteur de plus de 4 millions de francs CFA. Ce montant m’a permis de réaliser une étable pour l’embouche bovine de 20 têtes par cycle (NDLR : un cycle dure en moyenne trois mois) , de construire un magasin et d’acheter du petits matériels. Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention entre le PAFASP et la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF), j’ai également bénéficié d’une subvention de six millions de francs CFA. Ce montant m’a permis de moderniser l’étable. Il m’a aussi permis de clôturer avec du grillage une superficie d’un hectare où je compte cultiver du fourrage pour les bêtes. Parvenez-vous à vivre de votre activité ? Je peux dire que le PAFASP a été le moteur de ma réussite dans cette activité qui me fait vivre. A travers l’appui d’une PAFASP, j’ai pu sécuriser mon domaine de 24 hectares. Les investissements faits m’ont aidé à obtenir mon permis d’exploiter. La sécurisation foncière a été l’un des critères qui m’a permis d’être lauréat, en 2014, du 10e grand prix du secteur informel avec à la clé un montant de un million de francs CFA. Le PAFASP prend fin en juin 2017. Pourriez –vous continuer sans l’appui du Programme ? Si je dis que sans le PAFASP je ne pourrai pas faire quelque chose j’ai menti. Avec les investissements du PAFASP, je suis sûr de pouvoir continuer à évoluer après la fin du projet. J’ai une étable et mon domaine est sécurisé. Avec ces acquis, je peux approcher des investisseurs dans le sens de l’évolution de mes affaires.
Syndiquer le contenu

ACTUALITÉS

10/06/2017 - 23:34
Présentation de la technologie du ruudu En réponse à la situation difficile de 2008 où des producteurs se sont retrouvés avec des tonnes d’oignons qui pourrissaient sous leurs yeux, l’Association professionnelle des maraichers du Yatenga (ASPMY) a sollicité le soutien du...

MÉDIATHÉQUE