Présentation

PAFASP - Programme d'Appui aux Filiéres Agro-Sylvo-Pastorales

Le Programme d’Appui aux Filières Agro-Sylvo-Pastorales (PAFASP) est mis en œuvre depuis janvier 2007 par le gouvernement du Burkina Faso à travers le Ministère de l’Agriculture de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques (MAHRH) avec le soutien de la Banque Mondiale. Le PAFASP vise à traduire les objectifs du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) et de la Stratégie de Développement Rural (SDR) en matière de croissance du secteur agricole et de réduction de la pauvreté, en termes d’accroissement de la compétitivité des filières agricoles, sylvicoles et pastorales. D’un coût global de 46 milliards de francs CFA, le PAFASP est exécuté sur une période de 6 ans (2007 à 2012).

La finalité du PAFASP, qui traduit la vision du gouvernement pour le secteur rural, est de promouvoir un secteur agricole productif, compétitif, lié au marché et intégrant les petits exploitants et les groupes vulnérables dans les filières de production de transformation et de commercialisation.

L’objectif de développement du PAFASP est d’accroître la compétitivité des filières ciblées sur les marchés nationaux, sous-régionaux et internationaux, en vue de contribuer à une croissance agricole partagée. Cet objectif sera atteint à travers la réalisation des objectifs spécifiques suivants :

  • Renforcer les capacités des organisations professionnelles et interprofessionnelles à élaborer et mettre en œuvre des stratégies de développement des filières orientées par le marché;
  • Développer des infrastructures productives et de mise en marché pour accroître la productivité, la qualité des produits agricoles et les liens avec les marchés;
  • Améliorer l’offre et la qualité de services d’appui aux filières, incluant l’amélioration du cadre institutionnel, légal et réglementaire pour l’investissement privé.

Les interventions du Programme sont centrées principalement sur quatre (4) filières : la mangue, l’oignon, le Bétail-viande, la volaille locale.

Toutefois, le PAFASP apporte des appuis spécifiques à quatre autres filières à savoir :

  • Le coton qui est appuyé dans le cadre du Projet de Renforcement de la Filière Cotonnière Burkinabé (PRFCB) en collaboration avec l’Agence Française de Développement (AFD). La contribution du PAFASP porte essentiellement sur l’accroissement de la productivité et la diversification des systèmes de culture;
  • Les filières niébé, sésame, et maïs sont soutenues dans le cadre de la diversification des systèmes de cultures cotonnières notamment dans les domaines de la commercialisation, de la transformation et du stockage/conservation.

Le PAFASP a une couverture nationale; cependant pour une meilleure synergie avec les interventions en cours, le PAFASP intervient dans neuf (9) régions regroupées en trois antennes dont les sièges sont situés respectivement à Bobo-Dioulasso (antenne de l’Ouest regroupant les régions des Cascades des Hauts-Bassins et de la Boucle du Mouhoun) , Koudougou ( antenne du Centre reproupant les région du Centre Ouest, du Centre Sud et du Plateau Central) et Ouahigouya ( antenne du Nord regroupant les régions du Nord, du Centre Nord et du Sahel) . Il peut intervenir dans les quatre régions non couvertes (Centre, Centre Est, Est, Sud-Ouest) en collaboration avec les projets ayant des objectifs similaires et intervenant dans ces zones, principalement le PROFIL, le PADAB2, le PDA, ATP et le MCA. Il convient de souligner cependant, que compte tenu de la nature des interventions du projet orienté principalement par le marché, la région du centre est largement couverte par les interventions du Projet.

La stratégie d’intervention du projet est fondée sur l’approche filière et les actions sont donc entreprises au niveau de l’ensemble des maillons de la filière que sont : la mise en marché, la transformation/conditionnement/transport et la production. Les principes essentiels qui guident les interventions du PAFASP sont :

  • Le développement des filières orienté par le marché et la réalisation des activités à la demande des acteurs des filières, organisés ou non;
  • Le partenariat Public-Privé;
  • La flexibilité pour s’adapter en fonction du degré d’évolution des filières;
  • Les arrangements contractuels afin d’intégrer les producteurs aux marchés;
  • Le partenariat/collaboration avec les programmes et projets similaires.
Syndiquer le contenu

ACTUALITÉS

10/06/2017 - 23:34
Présentation de la technologie du ruudu En réponse à la situation difficile de 2008 où des producteurs se sont retrouvés avec des tonnes d’oignons qui pourrissaient sous leurs yeux, l’Association professionnelle des maraichers du Yatenga (ASPMY) a sollicité le soutien du...

MÉDIATHÉQUE