Partenariat fructueux entre le PAFASP et la MEBF

PAFASP - Programme d'Appui aux Filiéres Agro-Sylvo-Pastorales
Convention PAFASP/MEBF Une équipe de journalistes a constaté à Koudougou, Dédougou, Bobo Dioulasso, Kombissiri et Ouagadougou quelques réalisations du Programme d’appui aux filières agro sylvo pastorales (PAFASP) exécutées dans le cadre d’un partenariat avec la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF). La visite s’est déroulée du 9 au 11 janvier 2017. L ’Unité de charcuterie « Environnement multi services » à Koudougou proposent des produits à faire languir le plus fin des gourmets : rôti de bœuf, filet de merguez, rumsteck, saucisson… Son promoteur, Désiré Bonkoungou, un ancien cadre des eaux et forêts, a bénéficié d’un appui du Programme d’appui aux filières agro sylvo pastorales (PAFASP) 12 300 000 francs CFA du PAFASP avec l’accompagnement de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) pour l’équipement d’une charcuterie à Koudougou. Cette charcuterie est l’aboutissement d’une chaine qui commencé quelques années plus tôt avec une unité d’embouche bovine puis une boucherie qui ont toutes bénéficié d’un appui du PAFASP. A 130 km de Koudougou, L’appui du PAFASP avec l’accompagnement de la MEBF a permis à Cécile Minoungou d’installer à Dédougou une boucherie moderne qui propose aux populations des produits de qualité à un coût abordable. Elle a bénéficié d’un appui de plus de 10 millions de francs CFA pour aménager ses locaux et acquérir des équipements de transformation de la viande. Même constat à Ouagadougou où le PAFASP a subventionné la rénovation de la Boucherie Zoodo market à hauteur de près de 5 millions de francs CFA au grand bonheur de la clientèle. « C’est mon fournisseur depuis une dizaine d’année. Les produits proposés sont de bonne qualité et les prix sont abordables », rassure Dr Madeleine Konkobo, une fidèle cliente. Une cliente qui aura certainement besoin d’oignon pour assaisonner ses repas. Et le PAFASP accompagne également les acteurs de la filière oignon à relever le défi de la conservation de ce produit hautement périssable. Grand producteur installé sur les berges du fleuve Mouhoun à une trentaine de km de Ouarkoye, Nonyeza Bonzi a bénéfice d’une subvention de 12 300 000 francs CFA pour la construction de deux entrepôts de conservation d’oignon d’une capacité de douze tonnes chacun. Ces infrastructures permettent aux producteurs de triplé le prix de l’oignon après quelques mois de conservations. Le sac de 100 kg vendu à 15 000 francs à la récolte se négocie autour de 50 000 mille francs CFA après six mois de conservation. M. Bonzi a également bénéficié de l’aménagement de trois hectares portant à neuf hectares le nombre total de superficie aménagée pour l’irrigation dont il a bénéficié de la part du PAFASP. Le PAFASP est mis en œuvre depuis janvier 2007 par l’Etat burkinabè avec le soutien technique et financier de la Banque mondiale. Le financement initial du Programme, d’un coût global de 44 milliards de francs CFA, a été exécuté de janvier 2007 à février 2015. Afin de consolider les acquis de ce financement initial, la Banque mondiale a accordé à l’Etat burkinabè un financement additionnel de 25 milliards de francs CFA pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme jusqu’au 30 juin 2017. Cette tranche additionnelle qui touche l'ensemble de 13 régions du Burkina compte, entre autres objectifs, de faire évoluer avec l’assistance de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF), des microprojets en micro entreprises (ME) ou en petites et moyennes entreprises (PME) viables et rentables. Cette assistance est régie par une convention entre le PAFASP et la MEBF. Le volume total des fonds que le PAFASP a accordé à la MEBF dans le cadre de la convention qui les lie s’élève à 1 039 660 905 F CFA dont 970 902 611 F CFA pour la mise en œuvre des plans d’affaires des entreprises ( formalisation, infrastructures et équipements de production)
Syndiquer le contenu

ACTUALITÉS

10/06/2017 - 23:34
Présentation de la technologie du ruudu En réponse à la situation difficile de 2008 où des producteurs se sont retrouvés avec des tonnes d’oignons qui pourrissaient sous leurs yeux, l’Association professionnelle des maraichers du Yatenga (ASPMY) a sollicité le soutien du...

MÉDIATHÉQUE