Niébé

PAFASP - Programme d'Appui aux Filiéres Agro-Sylvo-Pastorales

La production

Le niébé est produit dans toutes les régions du Burkina Faso en association avec les céréales (95 %) et en culture pure (5% des superficies et 9% des volumes produits). Plusieurs variétés sont disponibles en fonction de la zone agro-climatique et se distinguent par la texture, le goût, et la vocation (fourragère et non). Les rendements campagne 2006-2007 sont faibles en culture associée (281kg/ha) et en 719kg/ha en culture pure. Les productions 2006-2007 sont de 436 156 tonnes pour une superficie emblavée de 146 496 ha. La production de niébé est fluctuante en fonction de la pluviométrie. Les principales régions de production en 2006/2007 sont le Nord (99 357 tonnes), la Boucle du Mouhoun (46 173 tonnes), le Centre-Nord (42 524 tonnes), le Plateau Central (42 508 tonnes), le Centre-Ouest (41 087 tonnes), le Sahel (34 309) et les hauts Hauts-Bassins (31 028).

Avec les appuis multiformes et l’engagement  du Gouvernement pour promouvoir cette filière, la production nationale au cours de la campagne 2008-2009 a doublé, elle a été de 537 680 tonnes contre 253 190 tonnes en 2007-2008 soit une variation de 112%.

La commercialisation

Les débouchés principaux sont la demande urbaine intérieure (90%) et l’exportation sur le marché sous-régional (Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Nigeria) pour une quantité ne dépassant pas 6 000 tonnes malgré l’existence d’un marché potentiel de plus de 500 000 tonnes/an. Les flux intérieurs sont concentrés sur les marchés de Ouahigouya, Kaya, Pouytenga, Gomboussougou, Manga, Fada et Tenkodogo. Les flux extérieurs partent essentiellement des marchés de Ouagadougou, Bobo, Ouahigouya, Kaya, Tenkodogo, Guelwongo, Léo, Niangoloko, Bittou et Niangoloko.

Le prix du niébé varie du consommateur au producteur ainsi que sur les marchés de regroupement. Cette variation est fonction des années et des différentes périodes de l’année. Ainsi au cours de l’année 2009, les prix aux producteurs étaient de 136FCFA au Kg et 157FCFA au consommateur en novembre (période de récolte) contre respectivement 227FCFA/Kg et 240FCFA/Kg en Août à la période de soudure

La transformation

En matière d’activités post récolte, le niébé est présentement soumis à très peu de transformation avant d’aboutir au consommateur. Au niveau de la consommation, le produit est utilisé pour des mets dont les plus courants sont :

  • Le niébé bouilli à l’eau.
  • Le niébé au Riz.
  • Le niébé au couscous.
  • Le tô de niébé aux boulettes de viande.
  • Le tô de fonio au niébé.
  • Le couscous de niébé.

Les transformations commerciales se limitent aux différents mets proposés par les restaurants et à la production d’aliments pour bébé et enfants (farine pour bébé, biscuits, etc.). La teneur importante en protéine fait du niébé un produit à fort potentiel d’utilisation industrielle.

Syndicate content

ACTUALITÉS

10/06/2017 - 23:34
Présentation de la technologie du ruudu En réponse à la situation difficile de 2008 où des producteurs se sont retrouvés avec des tonnes d’oignons qui pourrissaient sous leurs yeux, l’Association professionnelle des maraichers du Yatenga (ASPMY) a sollicité le soutien du...