Bétail / Viande

PAFASP - Programme d'Appui aux Filiéres Agro-Sylvo-Pastorales

Au titre de l’amélioration de la production et de la productivité

Développement des activités d’embouche. Les activités d’embouche se sont développées essentiellement dans le cadre du cofinancement des micro-projets. Les premiers micro-projets cofinancés entre 2007 et 2008 couplés aux premières tentatives d’exportation de viande ont permis de constater que l’approche consistant à réaliser des ateliers d’embouches individuels repartis dans les différents villages sur l’ensemble de la zone d’intervention du Projet conduit à une offre très atomisée d’animaux embouchés en raison de la forte dispersion géographique des promoteurs, renchérissant ainsi les coûts de transactions (transport notamment) et rendant difficile l’établissement de relations contractuelles soutenues entre emboucheurs et exportateurs. Face à cette situation, un processus de réflexion a été engagé et a abouti à l’adoption d’une stratégie novatrice connue aujourd’hui sous l’appellation « stratégie d’embouche du PAFASP » ou « stratégie d’embouche en grappes». Il s’agit d’une approche visant à :

  • Corriger et positiver le caractère très dispersé des petits producteurs dans les localités, de façon à les inclure autant que possible dans la dynamique de l’économie de la filière Bétail-Viande et atteindre davantage l’objectif de croissance partagée.
  • Faciliter des relations contractuelles entre emboucheurs et exportateurs.
  • Induire des économies d’échelle, notamment dans les charges liées à l’approvisionnement en intrants, la recherche de débouchés et la collecte et/ou le transport des animaux en vue de l’abattage ou la commercialisation.

Au 31 décembre 2010, sur la base de cette stratégie, plus de 640 micro-projets d’embouches ont été cofinancés pour un montant d’un milliard sept cents millions (1 700 000 000) de francs CFA, contribuant ainsi à la création d’une capacité productive d’environ 10 000 bovins par cycle de production.

L’appui au Ministère des Ressources Animales pour le démarrage d’un programme d’amélioration génétique des animaux au profit des élevages naisseurs. Cette opération visait à produire par an 900 à 1 000 jeunes bovins de boucherie d’un poids moyen vif de 400kg chacun à 24 mois d’âge. Les investissements structurants suivants ont été réalisés au profit du Centre de Multiplication des Animaux Performants (CMAP) :

  • L’équipement et la mise en route d’une unité d’azote liquide.
  • La réalisation des travaux de rénovation de la taureaullerie.
  • L’acquisition de produits de congélation, des semences et du matériel d’insémination.
  • La formation dans un centre international spécialisé (en France) de cinq (5) spécialistes (formateurs en insémination artificielle).
  • La formation de trente deux (32) inséminateurs locaux qui ont été constitués en brigades locales.

Au titre de la transformation des produits animaux

Développer le maillon transformation de la viande comme porte d’entrée et levier pour le développement des autres maillons (production, commercialisation). Il s’agit ici pour le PAFASP de favoriser l’émergence d’unités modernes de transformation de viande répondant aux normes d’hygiène requise. Comme acquis, le Programme a déjà soutenu la création ou le renforcement de plusieurs unités de transformation. C’est le cas la Société « Générale des viandes ». Cette entreprise de boucherie/charcuterie à été lauréate du prix PAFASP lors des journées de l’entrepreneuriat burkinabè (JEB) édition 2008 organisée par la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF). Ce prix, d’une valeur de cinq millions de francs CFA, a permis au promoteur (M. Adama Ouena), de démarrer ses activités et d’employer une douzaine de personnes. Cette jeune entreprise, qui a commencé à fonctionner en décembre 2009, est un modèle d’organisation et de gestion.

Au titre de diversification des marchés et de la promotion commerciale

Relever le défi d’exporter de la viande burkinabè. L’option stratégique du Programme pour le maillon « commercialisation/exportation » est de promouvoir l’émergence de véritables professionnels en aval de la filière (transformation, distribution/exportation) en vue d’un positionnement de la viande d’origine burkinabè sur le marché sous régional, voire international. Ainsi, en attendant l’émergence de véritables professionnels nationaux à l’export, les actions du Programme sont actuellement orientées dans deux directions :

  • La facilitation d’intervention directe des acteurs extérieurs (exportateurs, importateurs étrangers) pour exporter la viande à partir des abattoirs burkinabès.
  • L’accompagnement de promoteurs burkinabès pour l’émergence de véritable professionnels à l’export de la viande.

Sur ces deux tableaux, le PAFASP appuie les initiatives suivantes développées par le Gouvernement et/ou par des promoteurs privées :

  • En appui aux efforts du Gouvernement pour créer un environnement propice aux affaires, les actions suivantes sont engagées : le recrutement d’un partenaire technique de référence pour l’exploitation et la gestion de l’abattoir frigorifique de Ouagadougou (AFO) dans le cadre d’un Partenariat Public Privé (PPP) pour une gestion et une exploitation optimale de l’AFO ; l’appui à l’assainissement de l’environnement commercial de l’AFO à travers le soutien technique et financier à la "Brigade de Lutte contre les Abattages Clandestins et la viande foraine" (BLAC)  dans la commune de Ouagadougou.
  • En appui aux promoteurs privés : le PAFASP appuie la Société Africaine de Charcuterie et de Salaison (SACS) pour l’exportation de la viande en conditionnement sous vide au Ghana. Il en est de même au profit d’ un opérateur économique franco-togolais qui ambitionne d’exporter de la viande vers le Togo à partir de l’Abattoir Moderne de Ouahigouya (AMO).
Syndiquer le contenu

ACTUALITÉS

10/06/2017 - 23:34
Présentation de la technologie du ruudu En réponse à la situation difficile de 2008 où des producteurs se sont retrouvés avec des tonnes d’oignons qui pourrissaient sous leurs yeux, l’Association professionnelle des maraichers du Yatenga (ASPMY) a sollicité le soutien du...

MÉDIATHÉQUE